Techfu
Tech

Le Pentagone accuse Huawei de travailler pour l’armée chinoise

Entreprise Huawei

Cela fait déjà plusieurs mois que les relations entre les États-Unis et la Chine sont compliquées, mais la dernière accusation du Pentagone risque d’aggraver la situation. Selon le ministère américain de la défense, Huawei et 19 autres entreprises chinoises travaillent pour le compte de l’armée de Pékin.

Les géants de la tech chinoise dans le viseur

Outre la firme de Shenzhen, d’autres entreprises figurent sur cette liste : Hikvision, le géant du secteur de la vidéosurveillance et qui a qualifié les accusations de “sans fondement”. China Mobile Communications Group, China Telecommunications Corp, China Railway Construction Corp, China Aerospace Science and Industry Corp (CASIC) et CRRC, le plus grand producteur mondial de trains de passagers, qui a signé des contrats à Boston, Philadelphie, Chicago et Los Angeles. On peut donc dire que le rapport du Pentagone inclut le meilleur des entreprises technologiques chinoises.

Dans un souci de clarté, il convient de souligner que le document présenté par le ministère de la défense n’a qu’un but informatif et non de sanction. Cependant, Huawei et Hikvision font déjà l’objet d’une interdiction commerciale depuis 2019. Le fabricant de smartphones a en effet été mis sur la liste noire parce qu’il est considéré comme une menace pour la sécurité nationale. À cet égard, M. Trump a également demandé aux pays alliés d’exclure la technologie Huawei pour la construction des infrastructures et du réseau 5G.

Vers de nouvelles interdictions ?

L’interdiction, déjà prolongée jusqu’en 2021, a ainsi contraint Huawei à renoncer aux services de Google et son système Android pour tous ses smartphones commercialisés après le 16 mai 2019. Compte tenu de la situation, de nouvelles sanctions de l’administration Trump contre Huawei et les 19 autres entreprises mentionnées dans le rapport sont très probables.

Le rapport du Pentagone a été rédigé, entre autres, après plusieurs mois de pression des deux forces politiques du pays. En septembre 2019, étant donné les tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine sur la technologie, le commerce et la politique étrangère, les démocrates et les républicains ont demandé au Pentagone de dresser la liste des entreprises chinoises opérant aux États-Unis et contrôlées ou détenues par l’armée de Pékin. Maintenant que le rapport est entre les mains de M. Trump, il ne reste plus qu’à attendre les décisions éventuelles.

Après les accusations américaines concernant la gestion du Coronavirus et la situation à Hong Kong, des nouvelles sanctions contre les entreprises chinoises pourraient plonger les deux puissances économiques dans une véritable guerre froide.

Ces articles pourraient vous intéresser

Kitty Hawk abandonne Flyer, son projet de voiture volante

Timothée Pardonnet

Alibaba va investir 28,2 milliards de dollars dans l’infrastructure Cloud

Luc Herizo

Les OnePlus 8 et 8 Pro déjà en rupture de stock aux États-Unis

Andy Rakotre

Leave a Comment

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez que votre adresse mail, votre pseudo et votre message soient stockés sur le site. L'adresse mail restera privée et confidentielle.